Quand la douleur de nos enfants devient la nôtre...

Publié le par Lu Divine

Etre maman, c'est du bonheur à l'état pur ! De la joie, des mamours, de l'émerveillement !

Mais être maman, c'est aussi s'attendre, à un moment ou à un autre, à voir souffrir son enfant...et çà, c'est dur...c'est vraiment dur...

Voilà 2 ans que l'on galère avec Chouquette qui a des problèmes de système urinaire. Après plusieurs hospitalisations, une quantité d'examens impressionnante dont certains tellement invasifs et douloureux que je ne comprends même pas qu'on puisse affliger çà à des enfants, il s'avère qu'il y a pas mal de choses qui déraillent chez ma poulette : un rein dédoublé, une vessie qui va pas comme il faut, des muscles de la vessie et du périnée qui ne fonctionnent pas en synergie...

Bref, la maman a raté quelque chose dans le système de fabrication ! ;-(

Tout çà a bien évidemment des conséquences  : fuites urinaires, fausse envie d'uriner, pyélonéphrites, douleurs, infections urinaires à répétition (rien que 4 sur entre avril et mai  et encore une dernièrement juste avant de partir en vacances).

Forcément, elle est à gogo sous antibiotiques (elle a au moins fait 1an sur les 2 dernières années sous traitement) avec les désagréments que cela engendre (mal au ventre, dégoût de boire cette potion...). Sans compter son mal-être... Bah oui quoi ! Pourquoi elle doit souvent aller aux toilettes? Pourquoi elle a des fuites? Pourquoi elle prend des médicaments et les autres pas?

Suite aux derniers examens qui nous ont permis de voir un peu plus clair dans ses soucis, cela fait maintenant environ 3 mois qu'elle suit une rééducation chez une kiné spécialisée. En gros: traitement par électrode sous courant (1ere phase) + exercices musculaires (çà c'est dans un second temps, on a pas encore démarré...).

Quand la douleur de nos enfants devient la nôtre...

Cela fait maintenant parti de notre quotidien, 2 fois par semaine, après le boulot, GO chercher la chouquette, GO chez le kiné avant un retour à la maison trop tardif à notre goût qui nous laisse peu de moment pour profiter en famille. Mais voilà c'est comme çà. Et je sais qu'on en a encore pour quelques mois...

Certaines séances se passent bien, d'autres sont plus dures et je vois la Chouquette grimacer sous l'effet des impulsions électriques. J'essaie de la concentrer tant bien que mal sur un joli livre pendant qu'elle sert ma main...

Mais quand je vois de l'amélioration , ben je m'en réjouis, je me dis que çà y est, on a trouvé un truc qui fonctionne. Quand ma chouquette peut aller aux toilettes sans crier "Maman çà pique" et qu'elle me sert fort parce qu'elle a mal, quand je ne sors pas de test urinaire tous les 2 jours pour vérifier si tout est ok, ben j'ai de l'espoir ! Je me dis qu'on tient le bon bout !

Source : Pinterest

Source : Pinterest

Seulement parfois, ben y'a une rechute. L'infection urinaire qui revient. Le retour des bandelettes et des antibio, le retour des fuites qui m'obligent à la réveiller la nuit, le retour des larmes lors du passage aux toilettes....

Et là, mon p'tit coeur de Maman, ben il a mal, il a mal de voir son grand bébé souffrir ainsi. Il a mal d'être constamment à l'affut des petits signes annonciateurs de récidives.

Mon p'tit coeur de Maman aimerait tout simplement une seule chose, prendre pour lui la douleur de Chouquette et la laissait enfin tranquille.

Alors c'est sûr, y'a des choses beaucoup plus graves dans la vie. Des maladies horribles, des souffrances atroces que subissent certains loulous. Ca devrait même pas être permis de faire ainsi souffrir des enfants....

Source photo : imagedecoeur.blogsport.fr

Source photo : imagedecoeur.blogsport.fr

Mais voilà, quand on est Maman, peu importe le niveau de la douleur, la gravité de la situation,  quand on voit souffrir notre enfant, notre coeur de maman souffre aussi d'une douleur qui n'est pas physique mais qui est toute aussi forte.

On se sent impuissante.

Et la seule chose qu'on souhaite à ce moment là, c'est de pouvoir leur prendre cette douleur, pour que, simplement, ils profitent de leur vie d'enfant.

Illustration par Nathalie Jomard

 

Publié dans A coeur ouvert

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bn Hannah 22/07/2017 17:31

Plein de courage à vous. De gros bisous

Afternoon Tea 22/07/2017 09:09

Une belle déclaration d'amour d'une maman à sa puce. Je vous souhaite beaucoup de courage, car ça doit être difficile.

Céline

chouquettes&coblog 21/07/2017 23:35

Pauvre Chouquette. En effet ce n'est pas simple, on souffre de les voir souffrir et on évite de laisser quoique ce soit paraître... Plein de courage!

A. 21/07/2017 21:24

Pas facile de voir nos enfants souffrir :/ ayant une fille handicapée je comprend votre phrase erreur de fabrication! Nous nous reprochons forcement des choses meme si nous n'y sommes pour rien. :/ bon courrage à vous